Cette semaine, c'est la rentrée politique du gouvernement. Passée l'affaire Benalla, c'est une toute autre épreuve qui attend le gouvernement : la réforme des retraites qui devrait être présentée début 2019. Emmanuel Macron avait promis d'instaurer un système unique par point tout en excluant de toucher à l'âge légal. Le calendrier risque d'être long puisque le gouvernement veut “ tout changer” et travailler sur le “ système du futur”. Si jusqu'ici les partenaires sociaux ont été peu critiques, certains commencent à s'agacer de ne pas avoir de matière concrète pour débattre de la réforme. Combien gagnera un retraité avec la nouvelle réforme à salaire égal ? Comment prendre en compte les aléas de la vie pour qu'une personne ne soit pas doublement pénalisée ? En clair, ils s'inquiètent de voir se mettre en place une réforme qui ne prendra plus en compte le principe de la solidarité et de voir l'individualisme prendre une place toujours plus conséquente. D'autres personnalités politiques craignent également que les gens perdent le sens de l’intérêt collectif et du bien commun. Un débat qui est loin d'être nouveau. La question qui est posée à notre société c'est comment accorder notre besoin toujours plus grand de liberté et celui de rester solidaire ? C'est un débat philosophique plus que politique. Chacun doit y penser et, pourquoi pas, donner son avis sur la consultation proposée : https://participez.reformeretraite.gouv.fr
Nicolas Faure