On le savait déjà, vivre en ville ou à la campagne offre clairement des expériences très différentes. En ces temps de confinement forcé, ces styles de vie presque opposés sont d'autant plus exacerbés. Il en va de même pour la vie dans les grandes agglomérations et les villages où la différence de densité de population n'a jamais eu autant d'impact que dans ces circonstances exceptionnelles.  Avoir la chance de pouvoir mettre le nez dehors est donc bel et bien devenu un luxe et la liberté liées et nont jamais eu tant de valeur que depuis quelques jours. Certes, on peut aussi sortir à proximité de chez soi en ville, mais la distance vous séparant de votre domicile étant limitée, votre rayon de promenade s'en trouve donc fortement restreint. A la campagne, on est plus rapidement dans la nature, éloigné de potentiels rassemblements, même si officiellement les espaces dits naturels (plages, bords de mer, massifs montagneux et forestiers, lacs et autres rivières et canaux) sont interdits à la circulation par arrêté, et ce jusqu'au 15 avril prochain.

Malheureusement, les chances que ce confinement perdure sont très grandes et il se pourrait donc bien que cette triste période s'étire jusqu'à l'été, voir plus. Plus que jamais, la vie des villes et la vie des champs vont être des expériences quotidiennes de confinement très différentes. Les avantages de la ville en ce qui a trait à la vie sociale et culturelle ayant disparus avec la fermeture de tous les établissements qui y sont reliés, difficile alors d'y trouver actuellement des avantages. Ceux parmi vous qui ont la chance de posséder ne serait-ce qu'un petit jardin, peuvent d'ores et déjà se considérer privilégiés. Dès lors, même si, éthiquement parlant, l'exode des Parisiens à la veille du confinement peut paraître déraisonnable, elle n'en demeure pas moins compréhensible. Qui préfère être cloîtré dans un appartement en plein cœur d'une grande agglomération plutôt que d'être dans une résidence secondaire ou chez ses parents dans une maison avec jardin ?

Tristan Geoffroy