Le festival des Photographes Voyageurs de Minerve s’est déroulé au mieux.
Des photographes amateurs ou concernés, œuvrant en ONG ou simplement sensibilisés aux modes de vie d’ailleurs, voyageurs ou curieux d’un jour ont proposé leurs clichés aux yeux des regardeurs. Rencontre d’ailleurs, rencontre de l’autre, les initiateurs de cet événement ont choisi leur cité de prédilection ou d’origine pour évoquer le voyage. En même temps, Minerve, cité insulaire, cathare dans ses interstices de pierres, a accueilli un jury d’esthètes pour élire la meilleure photo sur le Parc naturel régional du Haut-Languedoc. Et c’est une photo de Minerve (et d’une Minervoise) qui a été élue.
En ces temps de déplacements et de voyages estivaux, on se demande ce qui pousse toute cette population à venir en Minervois. Quels regards a-t-elle sur ces villages lors de ses “voyages” ? Voit-elle ici un territoire plutôt bon marché ou un territoire aux modes de vie différents, à découvrir ? Les espaces ruraux comme le Minervois me font penser à ces territoires dits “à explorer”,
ceux choisis par les agences de voyages avec quelques bonnes adresses au bon rapport qualité-prix. Les visiteurs ne rencontrent que très peu les habitants. Je me demande si pour eux “ces gens là” existent dans leur réalité.
Les populations rurales sont étrangères à la plupart des Français et des Européens urbains. Si elles ressemblent beaucoup aux urbains dans leur culture, l’environnement et le contexte engendrent des rapports sociaux particuliers. Mais tout ce petit monde est encore trop peu regardé. Bien dommage, il y aurait quelques bonnes idées à en tirer !

Catherine Jauffred