Chaque territoire se pose la question de son développement économique et fait des choix. Les différentes activités économiques ne sont pas toujours compatibles les unes avec les autres. Ici, côté Corbières ou Minervois, le parti pris a été celui d'un tourisme basé essentiellement autour de la production viticole. Le projet de création d'une centrale d'enrobage à chaud (du bitume) entre Lézignan-Corbières et Ferrals-les-Corbières attise de vives réactions. Beaucoup de communes pensent que l'implantation d'une telle usine est contraire au projet de développement touristique et mettent en avant les nuisances qui iront avec. D'un autre côté, on peut imaginer l'emploi que cela peut créer sur le secteur, ce qui n'est pas anodin, tant l'offre d'emplois est pauvre. In fine, il y a là un vrai choix politique à faire et être cohérent. Une chose est sure, l'activité industrielle ne fait pas bon ménage avec la promotion des paysages. Mais le noeud c'est que personne n'a envie de vivre à côté de ce genre d'usine. Idem pour les éoliennes, les centrales nucléaires, ... Pourtant, a fortiori, nous voulons tous de belles routes. Alors, on les met où ces usines ? Comment organisons nous le territoire ? Quel type de société économique souhaitons nous ?
Nicolas Faure