Pour la plupart d’entre nous, nos relevés bancaires arrivent par la poste chaque mois, en plus des références Internet (par application ou site Web), indiquant le solde de notre compte et les écritures individuelles du mois précédent. Pour la plupart d'entre nous, cela permet simplement de savoir si nous gardons la tête hors de l’eau, surtout après la récente période des fêtes. Un coup d’œil peut suffire à le confirmer, mais attention ! Chaque année, un nombre toujours croissant de retraits frauduleux ou non autorisés sont effectués sur des milliers de comptes. Cependant, de telles escroqueries ne sont généralement détectées que si nous vérifions attentivement nos déclarations, et celles-ci peuvent révéler des débits dont nous n’avons pas connaissance. L’expérience personnelle nous a appris une dure leçon. Les voleurs et les fraudeurs sont devenus de plus en plus ingénieux dans les moyens utilisés pour nous voler sans que nous nous en rendions compte.

À une certaine époque, et encore occasionnellement, ces vols étaient d’une telle ampleur (certains au point d’effacer un compte), qu’ils ne pouvaient pas être dissimulés. Mais aujourd’hui, ces malfaiteurs se sont rendus compte que s’ils restreignaient de tels retraits à des sommes ne dépassant pas 50 euros à chaque fois, ce vol pourrait fort bien passer inaperçu. Heureusement, lorsque de tels opérations sont découvertes, la plupart des banques ont mis en place un système efficace pour annuler immédiatement ces débits et, sur notre présentation d’une preuve raisonnable que la faute ne nous incombe pas, de rembourser notre perte en créditant nos comptes en conséquence dans les jours qui suivent. Cela implique normalement l’annulation et la destruction de nos cartes de débit/crédit concernées, mais ne nécessite pas que nous ayons besoin d’aviser les entreprises auxquelles nous avons précédemment accordé des prélèvements. De nouvelles cartes seront délivrées rapidement. Nos mots de passe restent les mêmes à moins que nous décidions de les changer ce qui contribue à réduire les désagréments ainsi causés. Malheureusement, il est difficile d'éliminer le stress mental que de tels vols provoquent. Si cela peut nous apporter une certaine tranquillité d’esprit, nous ne devons jamais oublier que ce sont ces vols qui donnent lieu à une augmentation des frais bancaires toujours plus élevés que nous subissons tous, victimes ou non, d'une année sur l'autre. Il existe aussi un autre phénomène croissant que nous pouvons découvrir en scrutant nos relevés est que nous pouvons payer, totalement à notre insu. Des charges mensuelles régulières peuvent être ponctionnées sur les comptes pour de prétendues prestations et protections, dont nous n’étions absolument pas au courant. Un exemple courant est celui imposé régulièrement par des commerçants en ligne bien connus, tels qu’Amazon, dans leurs frais « Prime » si bien nommés. Il n’y a certes rien d’illégal dans cette pratique, mais lorsque vous commandez des marchandises, il faut veiller à supprimer toute référence aux frais Prime, à moins que nous ne souhaitions spécifiquement nous en prévaloir.

Dans le cas contraire, des frais mensuels d’un montant relativement faible (d’environs 8 euros) seront débités de votre compte. Ces frais prétendent souvent offrir une livraison rapide et d’autres avantages qui, si nous effectuons des achats réguliers, peuvent en valoir la peine. Malheureusement, pour beaucoup, un simple achat rapide peut nous rendre imputable de ces frais (presque cachés) qui se poursuivent mensuellement sans aucune forme d'avantage. Informé de ces faits, un jeune lecteur avait été convaincu qu’il ne s’agissait que de versements ponctuels, jusqu’à ce qu’on lui demande de vérifier ses relevés antérieurs. Il s'est alors rendu compte que son compte était débité depuis plusieurs mois sans qu’il soit au courant des frais en question. Oui ; si nous vérifions tous attentivement les détails de l’application lors de la commande, nous trouverons comment éviter de telles erreurs, mais en essayant de nous frayer un chemin à travers le labyrinthe d’informations exigées dans cette méthode dite « facile » de commande de marchandises, tout est conçu afin que nous ne fassions pas attention à ces petits détails. Et oui ; si, en découvrant de telles charges, nous écrivons à la société concernée, elle remboursera immédiatement la dernière charge contestée, mais ce mode de commerce exige un questionnement sur sa moralité. De même, de nouveaux services cherche à attirer votre attention en proposant, pour un « petite » rémunération d’environ 12 euros, de rédiger un avis en votre nom pour faire part de votre souhait d’annuler ces frais Prime. On s’empresserait d’ajouter qu’en toute justice pour les entreprises imposant ces primes, qu’une simple note de quelques lignes de votre part demandant l’annulation fournira le même résultat et ce, gratuitement. Soyez assuré, les opérations frauduleuses dont nous ne sommes peut-être pas conscients continueront, mais nous pouvons tous contribuer à les minimiser en nous éloignant simplement dix minutes chaque mois de nos écrans de télévision afin de vérifier un peu plus attentivement nos relevés bancaires.

Alfred Wilmot