Qui aurait pensé que les masques feraient encore la une des journaux en plein été alors qu'ils sont maintenant disponibles partout en magasins ? Denrée rare, même pour le corps médical il y a quelques mois, ils sont désormais devenus monnaie courante et commencent même à se décliner sous différentes formes pour ceux qui le perçoivent comme un accessoire de mode. Cependant, rien n'est encore joué pour ce morceau de tissus qui a fait couler beaucoup d'encre et probablement autant de salive lorsque l'obligation de les porter dans les lieux publics clos a été déclarée la semaine dernière. Alors que l'été devait sonner l’accalmie de la pandémie, c'est plutôt vers une recrudescence des contaminations que se solderait la période estivale. Beaucoup de cas détectés sont certes asymptomatiques mais qu'en sera t-il une fois la belle saison passée ? Combien de grands parents infectés par leurs petits enfants peu enclins à respecter les consignes sanitaires pour profiter de leur été ? Des vidéos de soirée en plein air, sans que personne ne soit masqué, sont malheureusement légion et laissent présager de gros manquements aux règles élémentaires de distanciation durant les vacances. Ensuite, même si l'on porte le masque, encore faut-il le porter correctement. Rappelons que le nez et la bouche doivent être couverts sinon il ne sert à rien du tout. Après le test du confinement, plutôt réussi par la population française, celui du masque lui, risque d'avoir un succès moins retentissant. C'est malheureusement la réussite du second qui est un préalable à ne pas être obligé de réimposer le premier une nouvelle fois. Alors entre un port du masque qui se pérennise et des confinements à répétition, à vous de choisir lequel des deux vous siéra le mieux. La liberté d'aller et venir masqué ou celui de rester à la maison le visage libre ?

PS : Si vous utilisez des masques jetables, pensez à les jeter dans des poubelles...

Tristan Geoffroy