इसलिये तू निरन्तर आसक्तिरहित होकर कर्तव्यकर्मका भलीभाँति आचरण कर क्योंकि आसक्तिरहित होकर कर्म करता हुआ मनुष्य परमात्माको प्राप्त हो जाता है 

Exécute donc toujours dans un esprit de détachement les actes qu’il faut accomplir ; car l’homme qui agit en complet détachement atteint le but suprême.

Podcast? Audio à la demande, comme le suggère la Commission d’enrichissement de la langue française? Baladodiffusion? Ou la version tronquée et masculinisée balado tout court, comme on dit maintenant au Québec? Compliqué, ces questions de mots nouveaux venus de l’anglais, à franciser ou pas. Balado, j’aime bien, mais comme c’est issu de baladodiffusion, j’aurais préféré "une" plutôt qu ‘ "un" balado. Toujours est-il que, l’autre jour, j’écoutais un balado sur les philosophies indiennes sur le site de France Culture. Le deuxième épisode était consacré à la Baghavad-Gita, texte datant d’entre le 5e et le 2e siècle avant JC. Partie centrale du Mahabhartata, la Baghavad-Gita raconte l’histoire étonnante d’Arjuna qui, de sa fratrie étant le meilleur guerrier et un archer hors pair, doit lancer l’assaut d’une guerre aux dimensions cosmiques, mais s’effondre devant cette responsabilité tragique, cette guerre l’amenant à combattre une armée composée de proches, d’oncles, de cousins et d’anciens amis. Son cocher Krishna, incarnation du dieu Vishnou, entreprend alors de convaincre Arjuna du bien fondé et paradoxalement, de l’inanité de cette guerre. Il explique à l’archer que, maintenant que l’issue sanguinaire est inévitable, il doit agir, se lancer dans la bataille. Il ne doit pas tenter d’enrayer l’engrenage fatal qui le conduit au combat. Par contre, Krishna lui précise qu’il doit le faire avec un parfait détachement, sans remords, en pleine conscience du caractère inévitable de l’événement. Et ça m’a fait penser à tous ses gens que l’on voit dans les vignes toute la journée, beau temps ou mauvais, en cette saison de taille. Pour tailler moi-même, je suis réellement admiratif de cette sagesse paysanne qu’ont certains d’aller au taf parce qu’il n’y a pas le choix, on met le réveil, on se lève, on y va, c’est tout. Parce que moi, j’y vais à reculons, j’imagine que je pourrais être ailleurs, à faire autre chose, et c’est idiot, je me torture inutilement parce qu’au final, je devrai les avoir taillées, ces foutues hectares. Bien sûr, Krishna dit à Arjuna que pour atteindre le but suprême, l’absolu, il faut agir sans attendre les fruits de cette action, ce qui n’est ni mon cas, ni celui des nombreux ouvriers et vignerons qui sont dans la dernière ligne droite de la taille en ce mois de mars; mais il explique aussi que l’action est autant un moyen d’atteindre ce but que l’ascèse qui, pratiquée en vue d’un but, sans détachement, dans l’attente d’une rétribution, n’accomplit que la moitié du chemin vers « l’illumination ». Repensez-y quand vous verrez ces bonshommes et bonnes femmes pliés en deux dans la vigne; ils n’ont peut-être pas atteint le bout du rang, mais ils ont déjà fait une bonne partie du chemin!