Tout comme le reste de l'année 2020, les fêtes de Noël et du Nouvel An risquent d'être drastiquement différentes des éditions précédentes. Alors que la bride se relâche tout doucement sur la population française, laissant entrevoir des retrouvailles familiales tant attendues, le sentiment anxiogène lui, sera malheureusement aussi de la partie s'invitant comme un cheveu sur la soupe. Nul doute que bon nombre de discussions vont graviter autour de l'année 2021 qui s'annonce aussi nébuleuse que celle qui se termine malgré l'arrivée prochaine d'un vaccin aux résultats encore incertains. Encore combien de vagues ? Combien de reconfinements ? Combien d'attestations à remplir pour aller faire ses courses ? Qui va t-on pouvoir voir, où, et en compagnie de combien de personnes ? Tant de questions qui resteront sans réponse, infusant de façon permanente un sentiment qui, pour beaucoup, dépasse la simple gène. 2021 sera t-elle l'année des symptômes les plus visibles de cette crise sanitaire unique dans l'ère moderne (pour l'instant) ? Faillites en rafale, hausse des suicides et explosion de la violence conjugale, chômage en hausse et évidemment PIB en baisse, sans oublier nombre de problèmes dont on ignore encore l'existence. Les jeunes générations commencent difficilement à appréhender le legs d'un monde qui s'annonce très compliqué. Difficile donc pour toutes les générations de se projeter et de se souhaiter une bonne et heureuse année 2021 quand on voit à peine au travers des branches des prochains mois. Alors, hauts les cœurs et considérons cette « trêve » comme ce qu'elle est : une pause de stress afin de préparer un début 2021 qui sera pour beaucoup en apnée. Et vous, vous les voyez comment ces fêtes ? Écrivez-nous, parce que partager, surtout les choses les plus dures, ça fait du bien. On est tous dans la même galère, ramons donc tous ensembles !

Tristan Geoffroy