nuages dans le ciel, des températures en-dessous des normes saisonnières...
Ah là là, attendre l’été, c’est toujours titiller le paradoxe de l’hédoniste.
Avoir envie de souffrir un peu plus sous le soleil toujours plus vengeur, aimer cette brûlure qui appelle l’anisette fraîche et s’allège le soir à rosé. S’impatienter des couleurs et des odeurs aussi, celles des bacs de basilic coupé verdissant le rouge des tomates, des douces feuilles de menthe à son thé évaporé...
Espérer la sueur du farniente, le repos des volets clos, le rêve d’une hirondelle pour illustrer un sommeil de sieste légère. Rien de tout ça encore, le temps n’a pas encore tourné. On est au taf, les écoles sont ouvertes, la politique nous exaspère et les paysans sont soulagés de gagner un peu de temps sur la sécheresse.
Mais quand même, nous en rédac, nous sommes au tempo et on n’a pas attendu d’avoir trop chaud pour sortir le numéro spécial été, fort de son offre touristique, patrimoniale ou festivalière.
Nous avons travaillé, rencontré moult partenaires, imaginé des balades et des sorties pour nouveau touriste, récidivant ou vacancier local.
Le hors-série d’été sort cette semaine. Il est encore une fois rempli de bonnes dates dans un agenda de quatre pages, truffé de passions d’historiens, d’archéologues, d’érudits chéris, ou de naturopathes lyriques,
d’un tas de pierres perdues, dévoilées, à retrouver.
N’hésitez pas à le feuilleter. Il a été écrit par de bonnes plumes, celles qui aiment leur Minervois et ont quelque chose à en dire.
Il est aussi celui qui nous fait vivre quelques mois, et pour cela, on remercie bien ceux qui l’ont choisi comme vitrine.
Catherine Jauffred